Cette France là !

* Cette France hors toute méritocratie , incapable de se réformer ! :

Comme l’a souvent dit, écrit et démontré, François De Closets, dans de nombreux ouvrages littéraire, les castes des élites, des fonctionnaires… sont intouchables.

En France, les fonctionnaires représentent 20 % de la population active contre 10,6 % en Allemagne où ils travaillent en moyenne 41 heures par semaine. Un rapport de Bercy en Avril dernier notait que 310 000 fonctionnaires au moins travaillaient moins des 1607 heures légales par an. l’IREF a fait des analyses, la Cour des Comptes a établi des rapports et : RIEN, le Néant, un silence assourdissant.. Ce moloch est réfractaire à tout.

Le Grand Débat National a mis en relief la demande des français sur moins de fonctionnaires, moins de contraintes, moins de lourdeurs administratives et : RIEN, le néant.

Ah si , bien qu’annoncé triomphalement par notre Président : suppression de 50 000 postes de fonctionnaires (2,09 % du total), sur cinq ans, la nouvelle annonce est de 15 000 sur 5 ans, soit 0,7 %, qu’elle percée symbolique mais qu’en sera la réalité ??, on se gausse dans toutes les chaumières de France et de Navarre… au diable les demandes de réduction du déficit budgétaire de la France, son endettement croissant dépassant les 100 % du PIB, et omettant les 4 500 milliards d’encours pour les pensions de retraite de la Fonction Publique, les couvert ures d’emprunts des Régions, Départements, SNCF, EDF, RATP ……… non imputés dans le déficit global.

La Fonction Publique capte 40 % du budget national, l’usine de fabrication d’énarques tourne à plein régime,impossible aux entreprises d’échapper aux technocrates omniprésents, se croyant omniscients, nous rapprochant sans cesse de la démarche de défunte URSS Soviétique …

Ailleurs, on supprime des emplois, dans les hôpitaux, dans les services publics décentralisés, car isolés et sectorisés et donc invisibles, pourtant ce sont eux qui mettent de l’huile dans les rouages de cette machinerie grinçante, perclus de rhumatismes mais refusant toute innovation mais créant de toutes pièces des plan calcul, l’utopie d’un Cloud Français ( coût 150 millions et abandonné en rase campagne), de ce côté l’esprit est fertile…. Ce brave Clemenceau l’avait dénoncé en 1920 et rien n’a changé depuis ……

La mise à jour de l’article 33 du 23 mars 2019 de la loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice en son article 33, pour illustrer mon propos, interdit formellement d’évaluer, d’analyser, de comparer ou de prédire leurs pratiques professionnelles réelles ou supposées. Et pour bien faire comprendre à quel point cette interdiction est importante, elle est assortie d’une peine de cinq ans d’emprisonnement. Donc, ils se sont mis à l’abri de tout propos désobligeant sur leur laxisme supposé, leur sévérité à géométrie variable , de leur militantisme de gauchisme avéré , et donc inattaquables, des intouchables !.

Le mammouth de l’Éducation Nationale est connu depuis des lustres, enseignants détachés dans des syndicats, des mutuelles ou oubliés tout simplement, plus gros budget, nombres d’enseignants largement supérieur à tous les autres pays européens (l’Allemagne bien que plus peuplée a moins d’enseignants??)…

Après tout, nous avons les dirigeants qu’il nous faut, que nous ré-élisons avec insouciance, mandature après mandature, que leur mépris envers nous : les gueux, les sans-dents- ces Gaulois vociférants et ignares( la faute à qui d’après vous?), sont connus de tous, mais les électeurs stoïques, courbant l’échine devant leurs maîtres, sont ravis d’encourager et de se contenter des miettes tomban,t de la table d’abondance où se goinfrent nos si chers élites… Au fait, mais de quoi je me mêle ???????????????????…………. **

Le Saintongeais Contrarien, le 30 Août 2019.

du bon usage des Droits de L’homme !

Du bon usage des libertés dans un État de Droit ! :

Il y a 230 ans, Louis XVI a signé la Charte des Droits de l’Homme et du citoyen sous la contrainte et à contrecœur. Il existe actuellement deux textes différents :

-la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies, adoptée par les 58 États membres des Nations Unies.

– la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen français de 1789. Repris en 1793, mais dont certaines parties ont été écartées, ne compte que celle de 1789, repris en préambule de la Constitution en cours depuis 1971.

La Charte des droits fondamentaux adoptée le 7 décembre 2000 par l’Union Européenne, est mise en œuvre par le traité de Nice.

A l’origine, la Déclaration des Droits (Bill of Rights) de 1689 imposée aux souverains d’Angleterre, repris par la Déclaration des Droits (United States Bill of Rights) de la Constitution Américaine adoptée le 21 Août 1789 ; qui constituent les premiers acquis et droits individuels aux citoyens en Occident.

Dans (https://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/citoyen/citoyennete/definition/devoirs-definition/quels-sont-devoirs-citoyen-envers-autres.html – les devoirs d’un citoyen envers les autres est précisé «  Chaque citoyen doit d’abord respecter les droits des autres, qui sont identiques aux siens. En effet, la Déclaration des droits de 1789 établit que « l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits » (art. 4). Ainsi, un citoyen a droit au respect de sa vie privée et doit scrupuleusement respecter celle d’autrui. De même, il ne doit pas empêcher quelqu’un de s’exprimer librement au nom de la supériorité supposée de ses propres idées. Il doit respecter la liberté des autres, témoigner et leur porter assistance. ».

Les devoirs du citoyen peuvent être considérés comme la conséquence du fait que les droits des citoyens sont identiques pour tous. Les principes d’égalité et de réciprocité sont définis dans l’article 4 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 : « l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. » : http://www.toupie.org/Textes/Devoirs_citoyen.htm

La proclamation de la constitution du 5 fructidor an III (22 août 1795), a effectué un choix entre

la doctrine de l’individualisme de 1789 et se séparer de l’idéal communautaire socialisant de 1793, et pourtant, les constituants de 1795 organisent une dissociation imparfaite entre les droits et les devoirs, dissociation à partir de laquelle ils énoncent les obligations du législateur et, renforçant avec vigueur l’autorité de la loi, les devoirs des hommes et des citoyens.

Cette transition des droits de l’homme vers les droits de citoyen [expression absente de la Déclaration mais explicitée dans les articles 12, 13 et 14 de la constitution] est accompagnée de la priorité accordée au droit de propriété consacrant la liberté économique et conditionnant l’exercice des droits civiques ; elle permet de sélectionner parmi les hommes ceux qui, « homme(s) de bien », « bon(s) fils, bon(s) père(s), bon(s) frère(s), bon(s) ami(s), bon(s) époux » sont des « bons citoyens » — donc non seulement aptes mais encore habilités à défendre la patrie et le gouvernement, à assurer la conservation de la propriété contre toutes les exactions du « peuple » ou contre toutes les réclamations indues des « exclus des registres civiques ».( https://books.openedition.org/pur/19746?lang=fr) .

La déclaration des Devoirs est assez curieuse ,reposant sur e souci de l’ordre social moral prédominant. La soumission aux Lois est le fondement des devoirs de l’homme, pour favoriser ou maintenir la cohésion sociopolitique par la connaissance et le respect des devoirs de chacun de ses membres.

De fait, les devoirs ne concernent les devoirs envers autrui et envers soi., dans le but d’échapper aux évènements révolutionnaires, effaçant de facto , le droit à la résistance à l’oppression et le droit à l’insurrection, et donc la problématique de désobéissance civile, assurant de fait, la victoire du Droit sur l’aspect philosophique à l’origine. (rejet de la légalité d’une révolte civile contre l’arbitraire, de la légitimité d’un soulèvement civique contre le despotisme)..

De ceci, est né l’individualisme couplé au prétexte à tout imposer ou interdire, à tout dicter, tout et n’importe quoi : immigration, écologie, luttes contre l’impérialisme, pour ou contre tout…même le Saint Père se permet des interprétations avec les Textes Sacrés des Apôtres.

Les droits de l’Homme dont certains principes ont été dévoyés au fil des ans, l’incantation du Droit Européen mercantiliste, la Cour de Justice Européenne avec ses décisions parfois surprenantes, ont supplanté les droits collectifs, l’intérêt général, l’intérêt national, ont imposé une nouvelle dictature des esprits, dont les nouvelles générations vont avoir du mal à se départir. Tout d’abord celle des droits de : droits de l’enfant, droit de retrait, droit syndical… puis celle des droits à : droit à l’image, droit à la déconnexion, droit à l’oubli… Et demain ? Les droits pour, les droit contre, les droits avec… ce mixage, ce malaxage , ce mélange des genres, favorise la confusion des esprits, noie les grands principes nés du siècle des Lumières, transcrit dans les diverses Chartes et Constitutions.

Cela permet la mise au rencard de la Morale, rabaissée à l’Ethnique à géométrie variable, la marginalisation d’une Démocratie citoyenne, cantonnée à une chambre d’enregistrement par une Caste technocratique auto-proclamée, l’imposition d’orientations sans débat contradictoire, (voire le nombre croissant de pays totalitaires), dit autrement l’atomisation de la société, l’individualisation forcenée, voulue consciemment et organisée, participe à la destruction des liens sociaux, des familles, pour assurer la pré-éminence d’une oligarchie mondialisée.

Vous comprendrez ainsi que les vagues populistes sont vues avec terreur par les élites dirigeantes, ayant bien compris le danger de pérennité pour elles, de maintien au pouvoir et de captation des richesses. Le peuple étant vu comme une variable malléable, voire gênante… ***

Par le Saintongeais Contrarien, le 26/08/2019- Blog WordPress.

Pine Street Episode 155 par Liz Fontaine

 

On peut les imaginer réunis, encore une fois, dans le jardin à l’arrière de la vieille maison de Marilyn. Nous (et ils) le connaissons est maintenant la maison de Douglas; nous (et ils) comprendre que Marilyn est comme le voulait. Et pourtant, son esprit y pousse aussi sûrement que les roses et d’hortensias et de lavande et qu’un arbuste bizarre avec voyantes, ruffly, de belles fleurs violettes, une personne ne se souvient du nom de, jamais. Il est un sujet de conversation, floraison tout l’été, ce qui incite les anciens amis et de nouvelles connaissances pour poser une autre: qu’est-ce que appelle, encore une fois? Il est sur le bout de ma langue.

Ils ont donc, les habitants de la rue Pine, et nous continuons à appeler l’ancienne maison de Marilyn. Douglas ne me dérange pas, et, à son crédit, ne ni Louise.

Nous les imaginer tous ensemble, l’attention de chacun de division entre la cérémonie se produisant dans le présent et leurs souvenirs, des sentiments, des espoirs et des craintes.

Franny et Leo sont là, bien sûr. Leo est le meilleur homme rayonnant, arrivé un peu plus tard que promis, et portant donc un ensemble unique de chemise bleue et cravate pressé d’argent, ainsi que des shorts de travail cargo taché de peinture et des chaussures de tennis poussiéreux. Leo est ni gêné ni conscient de soi. Il sait que ce moment est sur Douglas et Louise.

Franny se trouve dans la première rangée, près de Leo, en déplaçant son regard de lui à son ami Douglas, souriant à tous les deux. Son cœur bat poignante, un muscle qui sait tout l’amour est à la fois respectueux et éphémère.

Allison n’a jamais regardé plus Elfin, vêtue d’une simple robe d’été garni de broderie jaune, les cheveux tirés en queue de cheval lisse, se rappelant quand elle a dit adieu à son petit ami, se demandant si l’amour lui rendre visite à nouveau, se rendant compte qu’elle est, en ce moment, indifférent à la décision de l’univers à cet égard. Si l’amour vient, elle l’embrasser. Si elle ne le fait pas, elle a l’intention de vivre une vie pleine et heureuse. La paix apporte à cette prise de conscience Allison brille à travers ses yeux.

Kassandra est transporté de joie. l’oeil de son esprit recouvre le couple heureux devant elle avec le contour d’une sculpture, elle commencera le lendemain, une torsion forme gracieuse, elle imagine que l’échafaudage d’un mariage heureux. Elle sait Sasha arrivera pour la réception, mais ne ressent aucune inquiétude à ce sujet. Kassandra est l’une de ces âmes simples qui éprouve surtout une émotion à la fois, et est d’autant plus heureux pour elle.

Pénélope se tient derrière sa sœur. Ses yeux sont mouillés de larmes heureuses. Elle espère qu’elle ne sera pas trop boire, et les craintes qu’elle a déjà. David se distingue par Leo, le cœur plein de son père, son envie et blessé intérieure luttant pour son attention. Il essaie de ne pas regarder Franny regarder Leo.

Louise et Douglas répètent leurs vœux, yeux que pour l’autre, les mains jointes, parlant l’amour en étant pour eux-mêmes et tous leurs amis, pour les roses et la lavande de Marilyn, pour tout le monde.

Amazonie !

* AMAZONIE :

Relativisons ce débat politisé et instrumentalisé ! :

Par Jo Moreau. : L’avalanche d’articles, de photos et d’avis de personnalités de tous horizons sur les incendies qui ravagent l’Amazonie constitue une illustration parfaite du sale boulot de manipulation de l’opinion publique exercée par les médias, et porteur de l’amalgame trompeur diffusé jour après jour entre protection de l’environnement et réchauffement climatique. ( https://www.contrepoints.org/2019/08/26/352194-amazonie-fake-news-desinformation-manipulation ) – Environ 50 % de la forêt est désormais sous un statut de protection nationale. Cette surface est partagée entre réserves indiennes et écologiques. Donc la moitié de l’Amazonie ne sera pas, ou très peu, sujette à la déforestation. Certains s’y risquent, mais les amendes sont sévères ». de Martine DROULERS, géographe, chercheuse émérite au CNRS, responsable de l’équipe « Brésil » au Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique Latine (CREDAL)

une interview de Alain PAVE, professeur émérite à l’université Claude Bernard Lyon 1, ex directeur du programme Amazonie du CNRS, parue dans le Huffington Post. «  Alors non, c’est un symbole( poumon-ndlr) mais ce n’est pas une image scientifiquement exacte. Au mieux, c’est un alvéole pulmonaire parmi d’autres. Les autres forêts déjà. Si la forêt amazonienne est immense, elle ne représente que 10 % des forêts mondiales également émettrice d’oxygène avec les limites citées plus haut dans cet article. « Et surtout, le producteur numéro 1 d’oxygène, c’est l’océan », souligne le professeur. «

– Nous sommes loin du délire des écologistes apeurés, d’un cri de détresse, c’est grave mais au vu de la qualification de ‘’ Poumon de la planète’ ‘ cela est quelque peu risible, en occultant les océans !!. Les répliques Brésiliennes sont violentes et outrageantes mais son Président est du style Trump, donc ne comptons pas sur son tact, le notre (de Président) a voulu se montrer du col, à son habitude, réussir des coups médiatiques, donc relativisons…

le Saintongeais Contrarien, le 26 Août 2019.

– pour info :

https://www.youtube.com/watch?v=-B2ZSvCxsE0

Malthusiens: la débâcle !

* Malthusiens combattus et leur voie sans issue :

Dans une interview ( https://www.youtube.com/watch?v=ArEZI6RTaUg ), Francis COUSIN démonte (51’ 30 ‘’) le concept écologiste comme une névrose religieuse capitaliste voulant préserver les ressources naturelles de la capitalisation, sans vouloir changer les chemins des servitudes de la marchandisation, la perpétuation de l’écologie économique et donc politique. Un autre de ses reproches est que l’on est arrivé au contraire au ‘’ il est interdit d’interdire ‘’ et renouer avec les débats contradictoires. Le capitalisme vert tente donc de survivre et prononce ses oukases.

L’avalanche des délires écologistes, l’hystérie sur un pseudo ‘ réchauffement climatique’(lire changement climatique) avec ses cortèges de gens ignares brandissant des pancartes, la fin du monde, une décroissance programmée et malthusienne, .. imposés par les bobos-écolos capitalistes, décervelés eux-mêmes mais voulant préserver leur standing, une utopie de caste (lire ‘la Caste’ de Laurent Mauduit)-(2), enrobée de sinistrose, leur mépris du mal-être des ‘Gilets Jaunes’ gênant pour leur confort, mais il faut remettre en place  Francis Cousin, adepte de la radicalité, néo-marxiste jusqu’à la caricature. Il n’en reste pas moins qu’une partie de ses critiques sont fondées et écoutées.

L’objet essentiel de cet article de blogueur, est d’aborder une critique sensée du malthusianisme caché dans la démarche néo-libérale et ses buts rétrogrades. Il est curieux d’analyser comment le progressisme s’est amalgamée avec le néo-libéralisme.

Ne pouvant nier ni éradiquer mes penchants humanistes, je ne peux concevoir brider la pensée imaginative de mes semblables, tolérer le refus ou négation du changement créateur inhérent à l’Univers, dans le strict respect de la vérité et de la liberté permettant la coexistence pacifique avec nos semblables.

Je m’explique, depuis le siècle passé, l’oligarchie financière a œuvré pour sa domination mondiale ‘ je cite : ‘ les assassinats de Bobby Kennedy et Martin Luther King en 1968, des organisations non gouvernementales ont été rapidement formées pour instaurer une nouvelle éthique sous la bannière du 1001 Club, du Club de Rome et du Fonds mondial pour la nature (WWF). Ces organisations étaient composées d’anciens eugénistes et impérialistes comme le prince Bernhard des Pays-Bas, fondateur du 1001 Nature Trust et du Bilderberg Group, son ami le prince Philip Mountbatten et sir Julian Huxley. Les trois oligarques furent d’ailleurs les cofondateurs du WWF. ‘’- extrait -Par Matthew Ehret – Le 25 juillet 2019 – Source Strategic Culture ) – pour eux, la croissance de la population humaine était un danger, la désindustrialisation une nécessité, pour préserver les ressources naturelles, comment l’ont déclaré Henry Kissinger, Georges Bush senior et Maurice Strong.(ce dernier prônant l’éradication de l’énergie nucléaire- réalisée au Canada).

C’est donc par un esprit de malthusianisme conservateur que toutes les tentatives des recherches, d’élaboration de concepts novateurs, de prototypes utiles et nécessaires à la transformation de la société, ont été sabotées par diminution constantes des budgets, ont favorisé la diffusion d’une philosophie malsaine : Paul Ehrlich dans ‘La bombe P’ – de 1968, affirma ‘’que fournir une énergie bon marché et abondante à l’humanité était comme « donner une mitrailleuse à un enfant idiot », repris par John Holdren et autres disciples.

Mais voici que se dresse des hommes politiques qui évoquent le besoin de développement de l’humanité tout en préservant la biosphère, la nature et un niveau de vie élevé pour tous. Le Président Poutine ( discours à Ekaterinbourg – Russie, le 09 juillet 2019, devant un parterre de 2 500 acteurs des secteurs privés et publics et dans une récente interview à un journal éco Anglais), a formulé ce rejet des oligarques mondialistes bobos-écolos ‘’ « Il s’agit d’appels à renoncer au progrès qui permettront au mieux de perpétuer la situation et de créer un bien-être local pour quelques privilégiés. En même temps, des millions de personnes devront se contenter de ce qu’elles ont aujourd’hui – ou plutôt, de ce qu’elles n’ont pas aujourd’hui : l’accès à l’eau potable, à la nourriture, à l’éducation et à d’autres éléments fondamentaux de civilisation ». ‘’ Il croit en l’avènement de solutions scientifiques, d’ingénierie, fonde ses espoirs sur la fusion nucléaire ITER prometteuse (lire l’article de Claude Brasseur- mathématicien lien ci-dessous ) , Dmitry Orlov, célèbre écrivain et auteur des « cinq stades de l’effondrement » américain d’origine russe, avec humour, note pour « les énergies renouvelables » que toute nouvelle technologie doit avoir une une nouvelle ressource surabondante qui est le pétrole pour ces ER ?, pour l’information , il assène que le but est de s’assurer que » l’imbécile est rapidement délesté de son argent «, que le lavage de cerveau sur la planète déjà surpeuplée et que les changements climatiques anthropiques entraîneront l’extinction de tous dans une autre décennie environ, et il serait donc cruel pour eux de faire venir plus d’enfants au monde, donc ‘moins de gens’ et donc vivats aux migrants que l’on exploitent pour les jobs que mes concitoyens ne veulent pas, pour l’instant, car le pouvoir en place va agir… La cerise sur la gâteau est l’affirmation que le diesel produit du CO2 alors qu’il est notoire que ce sont les moteurs a essence, que l’avenir est à la voiture électrique, mais d’où peut-tirer son énergies électrique sinon des centrales nucléaires ou de groupes électrogènes au pétrole !, comique sans nul doute ?, que nos écolos bobos veulent faire disparaître car ils refusent la fusion nucléaire utilisant les rejets, est-ce que la démonstration de ces malthusiens bobos est concluante. Si ce n’est pas le cas, j’ai d’autres arguments à vous exposer. ***

Par le Saintongeais Contrarien, le 21 Août 2019. blog’ – – https://wordpress.com/saintongeais.wordpress.com

-sources :

– Par Matthew Ehret – Le 25 juillet 2019 – Source Strategic Culture

https://mrmondialisation.org/une-caste-dissout-linterieur-de-letat-au-profit-des-interets-prives/

– Par Dmitry Orlov – Le 6 août 2019 – Source Club Orlov

https://www.contrepoints.org/2019/08/13/351168-reacteurs-de-4e-generation-le-nucleaire-de-demain

https://www.contrepoints.org/2018/07/19/320546-le-nucleaire-est-il-une-energie-decarbonee

Nouvelles Charges sur l’Immobilier !

*

par LHK ( https://lilianeheldkhawam.com/2019/08/21/immobilier-ces-nouvelles-contraintes-qui-vont-accentuer-la-pression-sur-les-proprietaires-capital/ )

Immobilier : ces nouvelles contraintes qui vont accentuer la pression sur les propriétaires. Capital

Loi Elan : projet de loi sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique

Ces nouvelles contraintes qui vont accentuer la pression sur les propriétaires

Le gouvernement n’en a pas fini de réformer le secteur du logement. A peine la loi Elan promulguée, à la fin 2018, que l’exécutif s’attelait à pacifier les rapports entre bailleurs et locataires. Un rapport parlementaire publié au mois de juin a ainsi formulé des propositions visant à repenser le modèle des agences immobilières et à simplifier les rapports entre propriétaires et locataires. Des recommandations qui pourraient être intégrées dès l’automne à une proposition de loi. Mais, d’autres mesures adoptées ou en cours de discussion pourraient remettre de l’huile sur le feu. La loi énergie et climat prévoit notamment un certain nombre de contraintes en matière de rénovation énergétique pour les propriétaires, et plus particulièrement pour les bailleurs.

Encadrement des loyers, obligation de rénovation énergétique ou encore permis de louer… Revue de détail de ces mesures adoptées ou à venir, qui risquent d’accentuer la pression sur les propriétaires.

Le retour progressif de l’encadrement des loyers

L’encadrement des loyers a fait son grand retour à Paris, au 1er juillet 2019. Après 2 ans d’application, entre 2015 et 2017, le dispositif avait été annulé par la justice administrative, tout comme à Lille, qui l’avait mis en place au début 2017. La métropole nordiste est d’ailleurs déjà sur les rangs pour le redéployer, d’ici la fin 2019.
Pour rappel, les agglomérations munies d’un observatoire des loyers peuvent faire une demande d’application du dispositif, puis fixer un loyer médian par mètre carré, selon le type d’immeuble, l’année de construction et le nombre de pièces. Les propriétaires sont ensuite tenus de respecter ce plafond, situé à 20% au-dessus du loyer médian (et minimum 30% en-dessous). Un mécanisme, censé limiter l’inflation des loyers, que certaines autres agglomérations franciliennes souhaiteraient expérimenter. C’est par exemple le cas de Saint-Denis, La Courneuve et Montreuil, en Seine-Saint-Denis, ou encore de Choisy-le-Roi et Ivry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne.

 

L’instauration du permis de louer Comparateur assurance…

Ce dispositif, instauré par la loi Alur de 2014 pour lutter contre l’habitat indigne, reste encore très peu connu du grand public. Pourtant, de plus en plus de communes le mettent en place. Comme son nom l’indique, le permis de louer est une démarche que le bailleur doit réaliser, lorsqu’il veut mettre un bien en location. Plus contraignant que la déclaration de mise en location, le permis de louer doit se demander en mairie et donne lieu à un contrôle du logement, pour vérifier si celui-ci est sûr et décent. La démarche est généralement payante, dans une fourchette de 60 à 114 euros. Un coût qui peut sembler dissuasif, mais qui est à confronter aux amendes auxquelles on s’expose, lorsqu’on se soustrait à cette obligation : 5.000 euros d’amende lorsqu’on loue sans permis et jusqu’à 15.000 euros si on loue en dépit d’un refus d’autorisation de louer de la mairie.

A l’heure actuelle, le permis de louer s’applique dans 22 villes de la métropole lilloise (Roubaix, Tourcoing, Wattrelos, etc.), dans plusieurs communes de Seine-Saint-Denis (Saint-Denis, Bagnolet, Aubervilliers, etc.) et des Hauts-de-Seine (Clichy et Gennevilliers) ainsi qu’à Fourmies (Nord), Calais (Pas-de-Calais), ou encore Libourne (Gironde) et Montauban (Tarn-et-Garonne). D’autres réfléchissent à l’appliquer d’ici la fin de l’année.https://photo.capital.fr/immobilier-ces-nouvelles-contraintes-qui-vont-accentuer-la-pression-sur-les-proprietaires-37324?fbclid=IwAR2ZPqA-NuUX0edkNMIq2Q1RIKnsn4Dz7UWV1HFsbYbdf7LyFEel5Ok5ZYM#l-instauration-du-permis-de-louer-650314

A lire également:

Locataires, ces 7 décisions de justice récentes qui vous facilitent la vie

https://www.capital.fr/immobilier/immobilier-locataires-ces-7-decisions-de-justice-recentes-qui-vous-facilitent-la-vie-1330716

Ce nouveau diagnostic obligatoire risque de faire exploser la facture de vos travaux

https://www.capital.fr/immobilier/immobilier-ce-nouveau-diagnostic-obligatoire-risque-de-faire-exploser-la-facture-de-vos-travaux-1346850?fbclid=IwAR3YdYXckkeoGfI-uIpgcy_R3ZAB1ixU1r8LMXbuQcI4PzG-8PTBZ7G-P3M

Démocratie: versus Africa

* Afro-presse (hebdomadaire)

Kenya : une région parvient à éradiquer la corruption

En intégrant la population locale dans les décisions et en lui donnant la possibilité de surveiller les projets, le comté de Makueni est devenu l’un des plus performants du pays.

Voilà plus de 50 ans que l’approvisionnement en eau « était le plus grand souci des habitants de Makueni », raconte la Tageszeitung. Ce comté se trouve à environ 200 kilomètres au sud de Nairobi. Désormais, un barrage a permis de retenir l’eau d’une rivière et de remplir un lac artificiel qui profite à quelque 18.000 personnes. « C’est grâce au gouverneur et grâce à nous-mêmes », explique Tabitha Mbithi. Avant, elle passait quasiment tout sa journée à aller chercher de l’eau. Aujourd’hui, elle fait partie d’un comité de surveillance du lac artificiel pour garantir la durabilité du barrage. Il s’agit notamment de tenir les animaux loin du lac pour éviter qu’il ne soit pollué. C’est tout le secret de la réussite du comté de Makueni et du gouverneur Kivutha Kibwana. « Les habitants ne sont pas seulement écoutés pour les projets de développement, ils sont aussi impliqués », nous dit la Tageszeitung. Selon le journal, « la population est rarement consultée et l’argent disparait régulièrement dans les poches des politiques, des fonctionnaires et des donneurs d’ordre. »  La grande participation de  la population aurait quasiment éliminé la corruption à Makueni. « Le chef de la Cour des comptes kenyane a désigné le comté comme le plus performant du pays ».

Sans pots-de-vin, pas de projets

Ainsi, raconte la Taz, la construction d’une maternité de 120 lits à Makueni a coûté quasiment le même prix qu’un pont pour piétons passant au-dessus d’une autoroute à Nairobi.

Kivutha Kibwana a été élu en 2013. Selon lui, « sans pots de vin, la plupart des projets ne démarrent pas au Kenya. »  Depuis son arrivée, au-delà du barrage et de la maternité, une usine de transformation de fruits a vu le jour. Elle permet aux producteurs de mangue de vendre leur marchandise trois fois plus cher qu’avant. Une nouvelle école est également sortie de terre. Tous les projets sont supervisés par la population locale qui a un droit de regard sur les dépenses. Des comités comme celui pour le lac artificiel sont élus et sans leur signature, aucune facture ne peut être honorée. Les seuls qui ne semblent pas avoir apprécié l’élection de Kivutha Kibwana sont ses rivaux politiques. « Lorsqu’il s’est présenté, cela signifiait une confrontation avec quasiment l’ensemble du parlement local. » A la fin, ce sont les urnes qui ont fait le tri. Depuis 2013, un seul des 30 députés a réussi à garder son poste. Ce développement fait des curieux. Des ambassadeurs et représentants de grandes organisations internationales se sont rendus sur place pour s’inspirer. Et au journal de conclure : « Makueni est en train d’écrire l’Histoire ».

https://www.dw.com/fr/kenya-une-r%C3%A9gion-parvient-%C3%A0-%C3%A9radiquer-la-corruption/a-50059084

 

(nota : J’ajouterai que c’est ainsi que je verrai une vrai démocratie, celle où les administrés ont un droit de regard et de décision sur les projets utilitaires à une commune, une ville, .. que les suggestions, projets viables et utiles soient contrôlés par la population,merci à cette Afrique).

cambriolages !!

* Cambriolages ! : faites peur aux cambrioleurs :

En France, pour les cambriolages et pour les tentatives de cambriolage (y compris avec effraction), seuls la moitié, 51 %, sont déclarés. Dans presque un cas sur dix, les ménages déposent une main courante ou abandonnent. Pour les vols sans effraction visant les résidences principales des ménages, dans 67 % des cas, les ménages victimes ne se sont même pas déplacés au commissariat ou à la gendarmerie. Parmi le dernier tiers, 8 % des ménages ont déposé une main courante ou ont abandonné leur démarche en 2016 ! Il n’y a donc que 24 % des vols sans effraction visant les résidences principales qui sont déclarés.

Pour retrouver des taux au niveau français, il faudrait aller dans des États moins conservateurs ou dans des grandes villes comme La Nouvelle-Orléans, Baltimore, Chicago, Saint-Louis ou Détroit, qui souffrent toutes des mêmes maux, c’est-à-dire un mauvais emploi de la police, une justice laxiste, des services sociaux débonnaires et une population sinon passive du moins résignée.

Pour comparaison, en France, 43 % des tentatives de cambriolages et 54 % des vols sans effraction ont lieu alors que les résidents sont présents selon les enquêtes de l’INSEE et de l’Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale (ONDRP). Les cambrioleurs entrent tranquillement chez leurs victimes quand les portes sont ouvertes. En fait, dans 8 % des cas, le ou les voleurs s’introduisent par la ruse en se faisant passer pour un représentant, un agent EDF ou un policier. En France, on fait connaissance : sans distinguer cambriolages et tentatives, 11 % des ménages victimes déclarent avoir vu, et 6 % avoir entendu, un ou plusieurs des criminels !

La France n’est pas un cas isolé en Europe : les cambrioleurs commettent leurs crimes alors que les victimes sont présentes dans 53 % des cas au Royaume-Uni !

Clairement, les statistiques nous indiquent sans ambiguïté que les cambrioleurs américains ne veulent pas avoir affaire à un résident lors d’un cambriolage alors que leurs homologues européens s’en fichent. Avec plus de 400 millions d’armes à feu dans les ménages aux États-Unis, on peut les comprendre. (extrait article de Par Philippe Lacoude. )-

https://www.contrepoints.org/2019/08/19/351729-effrayons-les-cambrioleurs

Pine Street nr 154

Pine Street Episode 154

par Liz Fontaine

Deux étés auparavant, le jardin arrière à la maison de Marilyn avait accueilli presque le même groupe d’amis, pour presque le même but: un mariage à Douglas.

Louise lui avait demandé, très au sérieux, juste une fois. « Êtes-vous sûr que c’est là que vous voulez tenir la cérémonie? »

Sa réponse avait été d’embrasser Louise, avec amour, lentement, tendrement. « Il semble juste de le faire ici. Je ne peux pas l’expliquer. Mais si elle est trop pour vous, ou ne se sent pas bien – »

Louise posa un doigt sur ses lèvres. « Nous avons tous deux passé. Nous ne pouvons pas courir d’eux, ou prétendre qu’ils n’est jamais arrivé. Je respecte votre passé, Douglas, et votre amour pour Marilyn. Si vous voulez marier ici, encore une fois, dans la maison qu’elle vous a donné, j’aimerais que. J’aimerais pour son esprit à se joindre à nous pour célébrer que la vie continue « .

Douglas a rappelé ce moment avec Louise, et tant de moments avec Marilyn, comme il boutonné sa chemise lâche de lin blanc, et brossé un morceau imaginaire de charpie son pantalon gris. Un sourire joué sur ses lèvres, comme son cœur était plein au point de rupture.

« Tout est prêt? » David a demandé de la porte de la chambre à coucher. Douglas regarda son fils, grand et maigre, beau à sa manière, avec cette froideur à son cœur qui a fait sa bonne mine forte, piquante, au lieu d’inviter. Douglas avait envie de se réchauffer suffisamment le cœur de son fils pour David de trouver son propre vrai bonheur, au lieu de courir sans cesse ce qu’il n’a jamais pu posséder.

« Comment puis-je regarder? » Douglas a demandé à son grand fils, lui demandant d’approuver David son apparence et son choix de vie, pensait-il.

« Comme un vieux chat heureux sur le point d’accrocher le canari » David répondit une note sévère dans sa voix. « Comme un vieux chien chanceux sur le point, vous savez. »

« David, ne soyez pas grossier. si vous le pouvez. » Douglas se fera un plaisir pour moi, mon fils, de retour au miroir.

« Je suis ici, non? Je ne serais pas ici si ce n’était pas pour vous soutenir, papa « .

Douglas regarda leurs deux visages dans le miroir, et se demande s’il ne saura jamais comment faire ce fils de son en un homme vraiment heureux.

La Trahison : vendre les barrages hydrauliques français !

*

par LHK

Les barrages français cèdent face aux intérêts privés. France Culture

Le gouvernement a annoncé sa volonté de privatiser 150 barrages hydroélectriques en France, en dépit de leur caractère hautement stratégique. Il répond ainsi à la volonté de la Commission qui s’était juré de faire chuter ce monopole d’État contraire au dogme de la concurrence libre et non faussée.

Vous avez aimé les Aéroports de Paris, les autoroutes et Engie, vous allez adorer ce nouvel épisode de la grande série de privatisations, pour le moins étonnantes, menée par le gouvernement français. Cette annonce fait suite à près de dix ans de pression de la part de la Commission européenne pour démanteler la gestion publique de l’énergie hydro-électrique.

Il faut dire que Bruxelles enrage contre la position ultra-dominante d’EDF qui, en sa qualité d’acteur public de l’énergie, détient et gère 85% du parc hydraulique français, soit près de 2300 barrages en France. Des années que la Commission aimerait voir tomber ce monopole d’État aux allures insupportables de vestige socio-marxiste en plein cœur de l’Europe de marché.

Puisqu’il était impossible d’exiger la privatisation des centrales nucléaires, relevant des activités d’importances vitales de la nation, la Commission s’est donc reportée sur la deuxième source française de production d’énergie, à savoir les barrages.

Or, justement, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer ce projet de privatisation, arguant du caractère également stratégique des barrages hydrauliques. Il faut dire que le réseau hydroélectrique français, en parallèle du réseau nucléaire, a été construit au lendemain de la guerre pour bâtir l’indépendance énergétique de la France et reste, aujourd’hui encore, un élément fondamental dans l’équilibre du mix français.

Ainsi, cette énergie est la seule à être véritablement propre et renouvelable. Elle est aussi mobilisable à tout instant pour s’adapter aux évolutions de la consommation d’énergie. Ainsi, rien de plus simple pour réguler la production d’électricité que d’ouvrir ou de fermer les vannes d’un barrage. Se défaire de leur gestion serait donc renoncer à cette capacité de lissage de la production électrique en cas de pic ou de pénurie.

On peut ainsi se demander ce que feraient des acteurs privés s’ils venaient à détenir et à contrôler de telles infrastructures. D’autant que l’électricité produite par les centrales hydroélectriques est aujourd’hui la moins chère de France : 20 à 30 €/MWh contre 35 à 46 pour le nucléaire. Or, comme le relève le média en ligne Le vent se lève, « un opérateur privé pourrait facilement maintenir les vannes du barrage fermées et attendre qu’un pic de consommation fasse frôler la pénurie d’électricité pour faire monter les prix. Sur le plan juridique, rien ne les en empêcherait ».

Pour se donner une idée du type de chantage financier que peuvent exercer des acteurs privés dans de telles conditions, il suffit de se rappeler l’épisode qui avait opposé General Electric à EDF il y a quelques années. Après  avoir racheté Alstom énergie en 2016, l’entreprise américaine avait organisé une grève de maintenance pour obtenir d’EDF des conditions de gestion plus avantageuses. Après une centaine d’incidents, la direction d’EDF avait fini céder et donner gain de cause aux Américains.

On ose à peine imaginer le pouvoir que donnerait le contrôle de ces infrastructures, quand on sait que les barrages hydrauliques servent aussi de réserve d’eau pour refroidir les centrales nucléaires…

Au-delà de ces aspects économiques et stratégiques, les barrages remplissent également un certain nombre de fonctions utiles pour la société. Ils servent ainsi de base de loisirs, comme sur le lac de Serre-Ponçon, de réserve d’eau potable pour les villes ou de retenue d’eau pour l’agriculture. On peut néanmoins se demander si un opérateur privé serait aussi enclin à libérer de l’eau gratuitement pour satisfaire aux besoins de la communauté sans contrepartie.

Que Bruxelles pousse à la privatisation du secteur hydro-électrique n’est guère étonnant : elle est dans son rôle d’aiguillon des politiques néolibérales et de héraut des vertus de la concurrence, prétendument libre et non faussée.

Ce qui pose plutôt question, c’est l’empressement du gouvernement à satisfaire à cette exigence de Bruxelles. Incompréhensible a priori tant elle semble aller contre l’intérêt général… A moins qu’il ne s’agisse d’un énième cadeau sans contrepartie de la communauté aux intérêts privés.

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouvelles-de-leco/les-nouvelles-de-leco-du-mardi-26-mars-2019?fbclid=IwAR28FvABnyya4TDaeVfyidJ_0wJH9uonS5PEioI0FVTckIHUYE96R8GK7g0

En France, 10 barrages dépassent 100 mètres de haut. Découvrez en images ces monuments gigantesques, situés au cœur de paysage d’exception. (Cliquer ICI)